Lifestyle

Qui suis-je réellement ?

Hello mes chats ♡

J’espère que vous allez bien. Je vous retrouve dans un article assez particulier puisque, comme vous l’avez lu dans le titre de celui-ci, j’ai trouvé que c’était le bon moment pour vous dévoiler un peu plus une partie de moi en retrait des réseaux sociaux. Je vous laisse sans ne plus attendre avec la suite de cet article et vous souhaite une agréable lecture.

QUI SUIS-JE REELLEMENT ?

La majorité d’entre vous me connait sous le nom de @soulsensitive sur instagram mais très peu en réalité connait ma vraie identité à travers ce pseudo, qui définit malgré tout la personne que je suis : soulsensitive : âme sensible.

Je me prénomme Laetitia. J’ai pris 21 ans en mars dernier, le 14 plus précisément. Je suis née sous le signe astrologique poisson, connu pour son hypersensibilité, son oubli de soi, sa timidité, sa réserve, sa générosité, sa tolérance… tout ce qui me définit vraiment aujourd’hui, à quelques détails prêts.

J’ai des origines espagnoles du côté de ma mère et française du côté de mon père. Ma famille est ce qui compte le plus à mes yeux et pour laquelle je donnerais tout. Mes parents et grands-parents m’ont appris des valeurs et je ne les remercierais jamais assez aujourd’hui.

 

MON CARACTERE

Je suis une personne de nature très sensible, devenue hypersensible depuis trois ans suite à des événements qui se sont produits dans ma vie. Au fil des années, je me suis découverte aussi impulsive. Je n’ai pas de patience, ou très peu. Je suis très ouverte d’esprit et j’aime apprendre des autres. Je n’ai jamais eu confiance en moi et me sous-estime tout le temps quoi que je fasse. J’ai toujours eu du mal à prendre des décisions, à faire des choix par peur de me tromper, de regretter. J’ai du mal à vivre dans le moment présent et me soucie sans arrêt de ce qui pourrait se produire dans l’avenir, en mal la plupart du temps. Je me remets tout le temps en question sur les choses qui m’entourent et me demande si la direction dans laquelle je vais est la bonne. Je donne beaucoup, même tout de ma personne pour les personnes que je porte vraiment dans mon coeur et suis très naïve en parallèle car je suis beaucoup déçue parfois.

 

MON HYPERSENSIBILITE

J’ai toujours été de nature sensible, mais mon hypersensibilité est apparue suite au décès brutal et tragique de mon meilleur ami il y a bientôt quatre ans et à la maladie qui a emportée ma grand-mère maternelle à 6 mois d’intervalle de celui-ci. Je n’irai pas plus loin dans les sujets car se sont deux épisodes de ma vie pour lesquels j’ai énormément souffert et qui m’ont anéantie.  Je ne me sens d’ailleurs pas encore prête à me livrer là-dessus, et même si aujourd’hui ça va mieux, je suis encore dans une bataille intérieure.

 

MA PEUR DE L’AVENIR, DE L’ABANDON

Depuis ces événements il y a trois ans, je suis devenue presque ingérable pour mes proches sur le plan émotionnel. Pour la simple et bonne raison que je n’arrive plus à profiter des moments présents avec eux par peur que tout se termine un jour. Je ressens l’inconditionnelle envie de voir mes meilleurs amis tous les jours pour profiter au maximum de ses instants, même chose pour ma famille. Je vis comme si « c’était la dernière fois », si bien que ça me torture le coeur et l’esprit de penser comme ça, si bien que j’en ai jamais assez et que ça ne me suffit pas.

 

MON ESPRIT VAGABONDE, MON MENTAL ME TORTURE

Chaque instant avec mes amis et ma famille est ce que je préfère le plus parce-qu’ils me font du bien au coeur. Et pourtant en parallèle, mon esprit vagabonde et mon mental me torture. Je n’arrive plus à vivre le moment présent, quoi que je fasse et où que je sois. Lors de mes instants passés en famille par exemple, je m’efforce à me concentrer sur eux si bien que ce soit difficile. Lorsque j’y parviens, vous ne savez même pas à quel point chaque détail compte, même les plus ridicules. Mais lorsque mon mental reprend le dessus, je suis vite épuisée physiquement et psychologiquement, si bien que la plupart du temps une grande fatigue me prend soudainement. Entre amis par exemple, lorsque mon mental me torture pendant de longues minutes, lorsque je reviens à moi complètement, je me surprends même à être à l’affut de chaque détail, comme si j’étais en train d’apprendre chaque fait et geste, chaque battement de paupières par coeur. Je sais parfois que mon regard ne trompe pas et laisse parfois entrevoir d’être vide et je culpabilise beaucoup. J’essaie même parfois de détourner celui-ci lorsque je me rends compte qu’il devient insistant, en vain. Certains me feront même la remarque : « ça va ? ». « Oui ça va pourquoi ? ». Non ça ne va pas et ça me torture, dîtes moi que vous m’aimez et que tout ira bien, que vous ne me laissez jamais tomber…

 

QUAND VIENT LA NUIT

Je suis fatiguée et j’ai besoin de dormir. Et quand vient même, ce moment d’aller me coucher me fait peur parce-que je sais que je ne dormirais pas bien ce soir et que demain matin, comme tous les autres matins, je me réveillerais plus fatiguée que les précédents. Et ça aussi c’est difficile à vivre. Depuis toute petite, le noir complet me fait terriblement peur, me retrouver seule quelque part dans l’obscurité et sans repère m’a toujours fait peur, et encore plus en vieillissant. Me laissant le sentiment d’être seule et en insécurité. C’est à ce moment là que mon mental me fait le plus défaut et puissance 10 : l’abandon, le mal… la mort. La mort… ce mot en quatre lettres qui me pourrira définitivement la vie, ce mot auquel je n’arrive pas à faire face, si bien qu’il ne m’a pas laissé le choix il y a trois ans en arrière, si bien qu’il me torture encore l’esprit aujourd’hui. Je n’irais pas dans les détails de tout ce que mon mental peut me laisser entrevoir parfois parce-que ce sont des choses faces auxquelles je lutte quotidiennement pour faire barrage, mais que ça me pompe de l’énergie comme vous ne pouvez pas imaginer. Mes troubles du sommeil ne viennent pas arranger les choses eux aussi d’ailleurs. Je ne pourrais compter le nombre de fois où je me réveille dans la nuit, soit parce-que je cauchemarde et que je me réveille en transe et en pleine crise d’asthme, parfois sur le point de ne plus pouvoir respirer (grand merci à ma maman d’être aussi bienveillante lorsque cela arrive), soit pour rien… et c’est aussi le rien qui me dérange, parce-qu’encore une fois, je suis crevée, mon corps n’en peut plus.

 

MES REMISES EN QUESTION

J’ai toujours tout fait pour réussir, pour ne pas décevoir mes proches et les rendre fières de moi. Je suis heureuse que ce soit le cas d’ailleurs, c’est ce qui fait ma fierté aussi. Il n’y a rien de plus beau pour moi que leurs fiertés à mon égard. Aujourd’hui j’ai 21 ans et je travaille depuis l’âge de mes 19 ans dans le métier que j’ai toujours voulu faire, enfin du moins pour lequel je me suis donnée corps et âme, ce qui m’a permis de réussir d’ailleurs, ce qui a toujours été mon but premier depuis toujours. Chose dite chose due. Et pourtant… et pourtant quand je me regarde d’un point de vue extérieur, je ne suis pas celle que je devrais être. Parfois quand je suis posée quelque part, j’observe le monde qui m’entoure. J’aime observer les gens, l’environnement au milieu duquel je me trouve. Je m’attarde plus ou moins sur certaines personnes : ceux qui sont relaxes, ceux qui sont stressés, ceux qui sont tristes, ceux qui sont heureux ou encore ceux qui ne laissent rien transparaitre. Je me demande ce qui pourrait bien les rendre aussi heureux ou malheureux. J’ai d’ailleurs de plus en plus le sentiment d’appartenir à une génération qui n’est pas la mienne. J’aime le fait d’être différente de tout le monde, c’est la normalité d’aujourd’hui que je ne comprends pas dans celle-ci. Je sais très bien d’ailleurs que je ne rentre pas dans cette norme, et certains de mes choix laissent dans l’incompréhension d’autres, mais je m’en fou. Je suis un peu perdue entre le je ne sais pas et le je m’en fou.

 

 LES CHOSES SIMPLES QUI ME RENDENT HEUREUSES

Et malgré tout ça, il y a encore des choses qui me rendent heureuse oui. Le fait de vivre, de sentir l’air rentrer dans mes poumons me rend heureuse. Le sourire d’un inconnu me rend heureuse. Être là pour mes proches et mes meilleurs amis me rend heureuse. Aider ou renseignements les autres me rend heureuse. Marcher dans la rue et contempler les choses qui m’entourent me rend heureuse. Faire des câlins à mes chats et les écouter ronronner me rend heureuse. Rentrer chez moi le soir après le travail et voir mon toutou me faire la fête me rend heureuse. Ne pas me reposer le dimanche pour passer du temps avec mon père et ma grand-mère me rend heureuse. Faire des photos me rend heureuse. Recevoir 40 appels de Thibault me rend heureuse. Entendre ma mère crier parce-que je ne me mets pas mes chaussons et que je préfère marcher pieds nus me rend heureuse. Lire me rend heureuse. Ecouter les oiseaux chanter le matin me rend heureuse. Boire un café en terrasse me rend heureuse. Instagram, le blog et l’amour de mes abonné(e)s me rendent heureuse. Me chamailler avec mes amis me rend heureuse. Bref… la liste serait encore longue. Mais malgré tout ça, je suis heureuse et je me bats. Je me bats quotidiennement contre mes vieux démons qui j’espère finiront par me foutre la paix tôt ou tard. Merci à ma maman qui me soutien quotidiennement, merci à mon père et ma grand-mère qui le sont aussi et toujours bienveillants.

 

J’ai besoin de me retrouver physiquement et mentalement.

J’ai besoin de faire une pause.

 

Merci de me suivre quotidiennement, merci pour tous vos tendres mots et vos soutiens. Si vous saviez comme cela me fait du bien au coeur. Ma passion est l’une des seules choses qui me permet de m’évader complètement, sans penser à quoi que ce soit.

@soulsensitive

6 thoughts on “Qui suis-je réellement ?

  1. Un enorme bonheur de te lire De decouvrir Un peu plus ce qui se cache derrière ce regard Si mystérieux et captivant. Je te comprend mon esprit me trahi et malheureusement je suis souvent La physiquement mais totalement ailleurs mentalement. Tu as l’air d’être une personne En or Et pleine de maturité à ton âge – une vraie femme! C’est beau

    1. Je te remercie pour ce petit mot ma belle, c’est vraiment très gentil de ta part tout ce que tu me dis quotidiennement mais surtout aujourd’hui. Je te fais pleins de gros bisous et prends soin de toi ♡

  2. Je suis incroyablement fière de toi pour ce que tu est aujourd’hui. Je n’est jamais douter que tu serais aussi forte, belle, et intelligente. Je suis heureux de pouvoir; un peu; encore faire partit de ta vie, car tu en représente une bonne partit de la mienne. Je n’est pas peur de dire aujourd’hui à quel point j’ai pu t’aimer, et à quel point je t’aime aujourd’hui meme si les choses sont bien différentes. Malgres tout tu peut etre sûre qu’une chose ne changera jamais, c’est que je ne te laisserais jamais tomber. J.G

    1. Je te remercie Julian ça me touche beaucoup ! Les choses sont différentes c’est vrai mais pendant trois ans de ma vie tu as été quelqu’un que j’ai aussi énormément aimé et que je n’oublierais jamais. Je serais toujours là pour toi aussi et tu le sais ♡

  3. Mon Dieu, je ne pensais pas que cet article me parlerait autant ! Déjà merci de t’être confiée si ouvertement à nous, et ensuite, c’est fou comme nos caractères se ressemblent! Je suis extrêmement sensible aussi, et prends tout trop à coeur, cest soit tout blanc soit toit noir. J’ai besoin de vivre les moments à fond ou pas du tout. Et ce trait de ma personnalité s’est emplifié suite à la mort soudaine de mon amie aussi il y a 6 ans. Quand tu es jeune, tu penses être invincible et avoir la vie devant toi, et elle vient te rappeler brutalement que non. Depuis je vis avec la certitude que tout peut s’arrêter demain, donc il faut en profiter à fond aujourdhui. Sauf que comme tu l’as dit, c’est épuisant et ca crée énormément de doutes! Est ce que les choix qu’on fait sont les bons, est ce que j’ai assez profité de cet événement.. et finalement à force de vouloir tout faire, je ne profitais de rien. Et puis un jour, j’ai compris que j’étais humaine, que ce que j’avais vécu n’était pas de mon ressort, que je devais arrêter de vouloir tout contrôler. Quelqu’un m’a dit un jour : « tu es rentré trop brutalement dans l’âge adulte, en faisant face à 2 décès » et cette simple phrase m’a débarrassée d’un poids énorme. Comme si quelqu’un me comprenait, partageais ma douleur, reconnaissait que j’avais le droit de vivre de manière insouciante encore quelques temps. Aussi, cette année j’ai du me poser un peu et faire moins de choses pour des raisons de santé, et je me suis rendue compte que la vie n’était pas forcément faite pour être belle tout le temps, mais qu’il fallait aussi se poser de temps en temps, prendre le temps de se construire. Par contre, j’ai comme toi une peur panique de l’abandon, je travaille encore dessus! En tout cas, merci pour cet article, repose toi bien, et prends soin de toi <3

    1. J’ai eu du mal à écrire cet article parce-que je ne savais pas tellement si c’était une bonne idée, mais finalement en y réfléchissant bien, vous deviez savoir qui je suis réellement à travers ce pseudo, à travers toutes ses photos. Je suis un peu rassurée sur le fait de ne pas être seule, parce que dans ses moments là, quand ça arrive, on se sent seule plus que tout… en effet, chaque personne que je rencontre, essentiellement les adultes me disent aussi que je suis beaucoup trop mature pour mon âge… d’un côté ça me fait plaisir, d’un autre côté je me dis merde j’ai 21 ans et je devrais vivre ma vie comme une personne de cet âge… mais la vie est faite ainsi et elle m’a aussi apporté des bons côtés suite à ses événements. Des rencontres, des moments de bonheur malgré tout. En tout cas merci pour ton commentaire, sache qu’il me va droit au coeur et que je te soutiens. Bisous ma beauté, prends soin de toi aussi ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *